La violence conjugale, ce n’est pas que physique…

Publié le par secrets-inavouables

 « La violence conjugale, ce n’est pas que physique, il y aussi les mots qui blessent, et tu es la championne pour ça ! ».

 

logo-stop-la-greve-d29ce.jpg

C’est la phrase que mon mari m’a balancé à la figure samedi dernier. On était en voiture, je râlais, encore, pour pas changer.

 

C’est vrai que je ne suis pas toujours tendre avec lui, loin de là, parfois même je suis abjecte. J’en ai conscience après coup. De temps en temps, je m’en rends compte sur le moment, alors je baisse d’un ton, j’arrive à me raisonner. Mais parfois non. Des fois, il m’exaspère tellement que je peux lui dire des choses impensables. Le problème, c’est que je les pense vraiment.

 

Bref, samedi, après m’avoir copieusement traité de plusieurs noms d’oiseaux (ce qui n’est pas dans son habitude, il devait être vraiment à bout, car c’est rare qu’il s’énerve (lui), il a donc terminé sa tirade avec cette phrase assassine. Qui m’a d’ailleurs scotchée sur place, moi qui ne le suis pas souvent.

 

J’y ai pensé tout le samedi. Pas évident, quand on est en famille, qu’on est censé être de bonne humeur, que son couple, en apparence, est « parfait » devant les autres.

 

Je ne me suis pas demandé s’il avait tort ou raison, à vrai dire. Je sais qu’il a raison, même si peut-être c’est un peu exagéré, mais il y a un gros fond de vérité dans tout ce qu’il m’a dit.

 

Alors j’ai pensé « séparation », divorce.

 

J’ai passé toute la journée du samedi et du dimanche à ressasser tout ça. Notre dispute, nos disputes d’une manière générale. Et dimanche, j’ai lâché le mot, je l’ai prononcé. Je lui ai dit que ce serait peut-être bien que l’on aille voir un avocat.

 

Lui refuse l’idée d’une séparation. Il m’a répondu qu’il irait voir un psy. Beaucoup de femmes rêvent que leur mari leur réponde ce genre de chose, je parie ? Moi, j’ai souri, hoché la tête négativement, et je lui ai répondu qu’une psychanalyse, cela durait des années, et que je n’attendrais pas des années que notre couple aille mieux.

Que de toute façon, le plus atteint des deux, c’était moi.

 

Que ce que je lui reprochais de ne se « guérissait » pas avec un psy, si bon soit-il, qu’il y avait des choses que moi je n’appréciais plus chez lui, que c’est intrinsèque, que personne n’y peut rien. Que c’était finit, que je ne l’aimais plus.

 

Et on a parlé de notre décision, en septembre, d’avoir un deuxième enfant…

Publié dans Mon mari

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

LES BONNES AFFAIRES DE CHAMALICE 14/12/2011 10:06

Un conseiller conjugal n'est pas du tout un avocat, c'est une personne qui va vous aider à mettre les choses à plat pour voir si vous pouvez sauver votre couple ou pas. Il vous donnera des petits
conseils pour améliorer la situation et vous fera prendre conscience de vos petits travers... Je n'ai jamais eu recours à ce genre de personne mais il parait que ce n'est pas mal et que ça aide à
prendre une décision paisiblement...

secrets-inavouables 14/12/2011 11:54



Je te remercie pour tes conseils, on a entamé un peu un dialogue, et on s'est réservé un petit moment demain après-midi aussi pour en reparler... Sachant que finalement, en plus on a un autre
sujet très important à traiter...



Ragnagna 13/12/2011 14:50


Comme Chamalice, je pensais à un conseiller conjugal quand je parlais d'un expert. C'est une personne neutre qui fait le médiateur entre les deux membres du couple, à la différence du psy qui
voit la personne seule, lui il vous voit tous les deux en même temps et fait échanger le couple sur leur soucis, leurs espoirs, leur désaccord pour essayer de retrouver le compromis et l'amour du
couple au début.


Fin j'explique très mal !

secrets-inavouables 13/12/2011 23:18



Non, au contraire Ragnagna, tu esxplique bien ^^


Je vois mieux la différence d'avec un psy déjà. Pourquoi pas, oui, c'est un bon compromis de début, et puis je vais retourner aussi voir ma kinésiologue et y envoyer mon mari, aussi...



Onee-Chan 13/12/2011 12:48


Non mais je veux dire : ta dernière phrase !!!

secrets-inavouables 13/12/2011 13:16



Le fait de se séparer ? ou d'avoir un deuxième enfant (ma dernière phrase c'est qu'on a parlé davoir un deuxième enfant, l'article est en train d'être publié ^^).


Pour le fait de se séparer, lui ne veut pas. Il espère que je sois enceinte....Et que si je le suis, je garde l'enfant.



cocotte-en-papier 13/12/2011 10:30


Je suis un peu comme toi, quand la colère arrive je deviens méchante mais vraiment méchante, je fais des réflexions qui ont pour seul but de le blesser.


Au fur et à messure du temps, lui et d'autres amis me l'ont fait comprendre. J'ai réussi à me calmer.


La question comme tu te la posé précédement est "est ce que tu aimes toujours ton mari"?


Et si tu partais un jour ou deux chez une copine ou quelque part ou tu pourrais etre seule avec toi meme et réfléchir à tout ça?


Car un divorce, une sépération sur le coup ça te parait peut-etre bien mais ça chamboule toute une vie. Il faut vraiment y réfléchir.

secrets-inavouables 13/12/2011 13:11



Oui, il faut que j'y réfléchisse, mais partir chez une amie seule, ça veut dire aussi ne pas voir mon petit amour (mon fils de 15 mois). Et je ne le vois déjà que tellement peu, des fois je ne le
vois pas pendant deux jours à cause du travail... Remarque, du coup, découcher ces jours là peut être pas mal. J'avais plutôt pensé à l'hôtel, mais c'est l'argent qui m'a rebuté...


Je vais penser à l'option copine (mais elles sont toutes en couple, et j'aurais plus besoin d'une amie seule, pas envie d'en parler à un mec de ce genre de truc !



LES BONNES AFFAIRES DE CHAMALICE 13/12/2011 10:21

Ton mari a tout à fait raison, il y a des mots qui blessent plus que tout... Je pense qu'un conseiller conjugal serait certainement plus efficace qu'un psy dans votre situation... Il pourrait
certainement vous dire s'il reste quelque chose à sauver...

secrets-inavouables 13/12/2011 13:09



Je n'ai jamais pensé à conseiller conjugal... C'est un genre avocat ? Ou un peu comme un psy ?